Nos conseils de style

Point style : Le vestiaire idéal à 25 ans

Vous êtes à l’aube de votre carrière, sorti fraîchement de l’école, débutant depuis peu votre vie active. Vos premières années au sein du monde professionnel se profilent à l’horizon et vous goûtez aux joies de l’entreprise. L’important est de pouvoir faire vos armes en toute discrétion. L’idée d’uniformisation est centrale étant donné que vous êtes là pour apprendre et non pour imposer. Une ligne de conduite à appliquer désormais à votre vestiaire. Il faut construire les bases avec des pièces simples, lisibles et sobres. Qui dit bases solides dit vestiaire bien construit !

Costume : de la quantité plutôt que de la qualité !

Oui ce conseil peut paraître absurde mais il tellement vrai ! Attention tout de même aux amalgames, le but n’étant pas de devoir racheter les mêmes pièces toutes les semaines. Néanmoins, mieux vaut miser sur quatre costumes basiques provenant du prêt-à-porter plutôt qu’un seul costume sur mesure. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit de réfléchir sur le long terme. Certes, vos collègues s’extasieront sur votre costume la première fois où vous le porterez. Mais qu’adviendra-t-il les jours suivants ? Vous n’aurez toujours qu’un seul et unique costume à mettre tous les jours. Un budget qui n’est pas toujours simple à suivre lorsque le salaire est limité. Même si l’envie vous démange d’acquérir un costume sable, bleu ciel, lie de vin ou kaki on refrène ses lubies du moment pour une vision plus globale de son dressing.

Ceci étant, rien ne vous empêche de les remplacer au fur et à mesure par des costumes simples de meilleure facture. Comme dit l’adage : tout vient à point à qui sait attendre. Alors prenez-en de la graine !

Accessoires : Less is more !

Malgré la pléthore d’accessoires masculin proposée, on limite les dégâts avec l’achat de cravates basiques. Une sécurité à maintenir avec quatre coloris en soie classique : bleu marine, bordeaux, gris, noir et/ou éventuellement un modèle en maille. Même si ces modèles ne font pas rêver, jamais l’on ne vous reprochera cette extrême sobriété vestimentaire tandis que le contraire se vérifie. On laisse de côté, boutons de manchette , pochettes et nœuds papillon. Seule exception pour les amateurs de pinces à cravate, optez pour un modèle sobre en acier à sortir occasionnellement.

Les souliers, le passage obligé

Côté chaussures, aucun laisser-aller ne sera toléré. Tout comme le reste de votre vestiaire, vos souliers doivent répondre à une logique rationnelle et non émotionnelle. Les modèles à bout fleuri, desert boots et autres patines sont à exclure au profit de chaussures indémodables et classiques. Pour commencer, débutez avec trois paires – une noire et deux marrons, dans un budget unitaire de 150 euros environ. Le secret pour des chaussures durables réside dans l’entretien. Quelques soient leurs prix, investissez dans des embauchoirs pour qu’elles conservent leurs formes initiales, un nécessaire à cirage, un lait nettoyant… Un coût supplémentaire rapidement rentabilisé, on vous le garantit !

Le tips : le pressing

On l’omet souvent mise à part en cas de dernier recours pour rattraper une tache, un accident de fer ou un pli mal placé. Pourtant, avant de vous ruer sur le premier pressing du coin, choisissez-le avec soin. Un bon pressing peut faire des merveilles et surtout répondre à la majorité de vos problématiques de costume. Il existe depuis plusieurs années des pressings bio, plus respectueux de l’environnement et moins dangereux pour la peau. En effet, les pressings dits « traditionnels » sont pointés du doigt en raison de l’utilisation du perchloroéthylène, produit classé cancérigène par le Centre International de Recherche sur le Cancer.

Mariage

Le jour J approche et le choix du costume est un moment important dans les préparatifs de…

Il y a 2 mois
Nos conseils de style

Le revers de veste
Une bonne largeur pour le revers est de 6,5 cm. Deux éléments…

Il y a 2 mois
Nos conseils de style

La ligne d’épaule
La ligne d’épaules est fondamentale dans une silhouette. Elle est l’une des premières…

Il y a 1 année